Joyeux anniv Paulo!

Publié le Mis à jour le

Sortez les ballons, les bimbos, les psychotropes, c’est l’anniversaire de la Méga Drive du légendaire second album des Beastie Boys « Paul’s Boutique ».

C’est donc avec la larme l’œil, seulement quelques semaines après l’annonce officielle de la fin définitive des Beastie Boys, que l’on sort les cotillons et la poire de mamie pour se remémorer le bon vieux temps du hip-hop. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’à la sortie de la galette, on voyait plutôt les choses en grand chez Capitol Records à l’époque :

Bon alors le coup d’écrire « Beastie Boys » dans le ciel avec la fumée d’un avion je suis pas persuadé qu’ils le referaient aujourd’hui… d’autant que cet album se révèlera être un échec commercial pour Capitol, le groupe vendant moins de copies que son précédent opus licence to ill. Alors pourquoi s’arrêter sur cet album me direz-vous? Et bien parce que pour beaucoup de fans, et moi y compris, Paul’s Boutique reste l’un des albums les plus aboutis du groupe. Voilà 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument écouter ou réécouter cet album (en pleurant de joie et de félicité) :

  • raison 1 : les samples. C’est ce qui fait réellement l’essence de cet album : les productions (signées Dust Brothers) sont excellentes et nous sommes en 1989 je vous le rappelle!. Paul’s boutique s’appuie sur chaque morceau sur des samples finement choisis essentiellement puisés dans le monde du rock (les Beastie Boys étant un groupe vaguement punk à la base). On retrouve ainsi des échantillons des Beatles, des Eagles, d’Alice Cooper, d’AC/DC, de Johnny Cash…  A titre d’exemple le morceau Shake Your Rump utilise pas moins de 12 samples différents qui vont de Led Zeppelin en passant par Afrika Bambaataa ou les Bar-Kays…  Pour le dantesque dernier titre de l’album B-Boy Bouillabaisse, ce sont pas moins de 24 samples différents qui sont condensés en quinze minutes et neuf sous-parties… ça laisse rêveur du travail accompli….
  • raison 2 : la pochette de l’album. Simplement magnifique. Elle représente la fameuse boutique qui a donné son nom à l’album et qui se situe précisemment 99 Rivington Street.
  • raison 3 : la légende. Malgré l’échec commercial de l’album, Paul’s Boutique est devenu au fil des années un véritable classique, y compris en dehors du hip-hop. Le Magazine Rolling Stones le classe ainsi 156e dans la liste des 500 meilleurs albums de tous les temps… pas mal. Miles Davis lui même a déclaré en interview ne jamais se lasser d’écouter l’album. Chuck D de Public Enemy aurait déclaré qu’à l’époque, Paul’s Boutique était le « dirty secret » du hip-hop black, les rappeurs noirs écoutant l’album et kiffant les prods des 3 blanc-becs de Brooklyn, mais en secret.
  • raison 4 : les clips. Comme toujours très soignés par le groupe. Mention Spéciale pour le titre Hey Ladies bourré de références et de déguisements improbables.
  • raison 5 : le club Med. A ma connaissance le seul groupe ricain qui arrive à placer « Club Med » dans ses rimes. Merci les Beastie Boys.

Allez avec tout ça il ne vous reste plus qu’à allumer les enceinte, pousser le volume et d’apprécier.

M.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s